Sentimental Summer
Centre d’Art Bastille, Grenoble
July 2 - September 24, 2017
curated by Emilie Baldini


Manifeste
ongoing project
action for an indefinite period
multiple location

Flatland / Abstractions narratives #2
MUDAM Luxembourg
October 07, 2017 - April 15, 2018
curated by Marianne Derrien & Sarah Ihler-Meyer

Manifest

Temporary Perspectives

Die

Title One for Multiple Use

1 − 2 + 3 × 4 − 5

[ x ]

Garde-Titre, Sans Fou

Title One for Multiple Use

Victory Eraser (I to X)

Perpendicular Direction to the Horizontal Plan

Recovery Strategy

Title Two For a Single Use

Title One for a Single Use

Hang-Handle / Deep Black

Hang-Handle / Light Black

Hang-Handle / Medium Black

Fallback Solution

External Contour Organization

you.are.here

Cover Letter : « YEEEEHAAAAAAAW (...)

Cutting Line

Vanishing Point

7 to 1 / 30 to 1 / 5 to 1

Added Value

Le Bateleur

Sight-Line (I - IX)

Hang-Handle

The Fourth

Topology of the Real Line

Variable Geometry

Le Havre

Black Square

Directory Situation

Sparkless

Les compétences à charge

Tuning Offence

Potentially Out of Reach

Tertiary Sector Clash ( I - X)

Risky Triangle

Km Convenient Distance Unit

- - / - - / - - - - -

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Manifest, 2016
[Precarious Shape Visible this Day with No Manifest Value], ink stamp

>> activation #1 for Empirically Posited and Reconfigured as Waves of Thought
program of performances and events around The Kerenidis Pepe Collection, Paris 2016 | curated by Daniel Kurjaković
>> activation #2 for OFF PAC 2017 | curated by Paul Paillet & Jonathan Vidal
Elsa Werth, ‘Manifeste’, 2016_1Elsa Werth, ‘Manifeste’, 2016_1Elsa Werth, Manifeste, activation dans le cadre du OFF PAC 2017_vue6Elsa Werth, Manifeste, activation dans le cadre du OFF PAC 2017_vue5Elsa Werth, Manifeste, activation dans le cadre du OFF PAC 2017_vue1Elsa Werth, Manifeste, activation dans le cadre du OFF PAC 2017_vue2Elsa Werth, Manifeste, activation dans le cadre du OFF PAC 2017_vue3Elsa Werth, Manifeste, activation dans le cadre du OFF PAC 2017_vue4
Temporary Perspectives, 2017
solo show at Martine Aboucaya Gallery, Paris, March 17 - April 22, 2017
Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_3Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_2Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_1Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_4Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_5Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_6Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_7Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_8Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_9Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_10Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_11Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_12Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_13Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_14Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_15Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_16Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_17Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_18
Die, 2016
torn paper, black pushpins, variable dimensions

>> exhibition view : Quelques manuscrits trouvés dans une cervelle..., Martine Aboucaya Gallery, Paris, May 12- June 22, 2016
Elsa Werth, Vue d’exposition, Quelques manuscrits trouvés dans une cervelle_3Elsa Werth, Vue d’exposition, Quelques manuscrits trouvés dans une cervelle_1Elsa Werth, Vue d’exposition, Quelques manuscrits trouvés dans une cervelle_4Elsa Werth, Vue d’exposition, Quelques manuscrits trouvés dans une cervelle_5Elsa Werth, Vue d’exposition, Quelques manuscrits trouvés dans une cervelle_6Elsa Werth, Vue d’exposition, Quelques manuscrits trouvés dans une cervelle_2
Recovery Strategy (I - XXVIII), 2016
adhesive vinyl, mixed material, variable dimensions

>> exhibition view : Temporary Perspectives, solo show at Martine Aboucaya Gallery, Paris 2017, March 17 - April 22, 2017
Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_7Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_23Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_6Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_8Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_9Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_11Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_10Elsa Werth, Strategie de recouvrement (I - XXVIII), 2017_10Elsa Werth, Strategie de recouvrement (I - XXVIII), 2017_12Elsa Werth, Strategie de recouvrement (I - XXVIII), 2017_18
Le Bateleur, 2014
video color, sound, 04.00 (loop)

>> exhibition view : }-------21/91, solo show at Primo Piano, Paris, Septembre 27 - October 25, 2014 | curated by Lucia Schreyer
Elsa Werth, vue d’exposition Primo Piano, Paris 2014.9Elsa Werth, ‘Le bateleur’, 2014, video couleur, son, boucle 04.00 min
Variable Geometry (Hours, Minutes, Seconds), 2017
clocks, collage on paper, Ø 30 cm

>> exhibition view :Temporary Perspectives, solo show at Martine Aboucaya Gallery, Paris, March 17 - April 22, 2017
Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_21Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_22
Vanishing Point, 2017
ink stamp, variable dimension, performance

>> exhibition view : Temporary Perspectives, solo show at Martine Aboucaya Gallery, Paris, March 17 - April 22, 2017
Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_20Elsa Werth, Vanishing Point, 2017, performance, le 25 mars 2017, galerie Martine Aboucaya, Paris_1.jpg
Hang-Handle / Light Black, 2016
fabric, straps, hooks, 290 x 452 x 4 cm

>> exhibition view : Title One for Multiple Use, solo show at Martine Aboucaya Gallery, Paris, January 30 - March 1, 2016
Elsa Werth, ‘Noir Clair’, 2016Elsa Werth, ‘Titre un à usage multiple’_Vue d’exposition_2
Title One for Multiple Use, 2017
solo show at Bazar Compatible Program, Shanghai, December 27, 2016 - Januray 06, 2017
Elsa Werth_Titre un à usage multiple_Bazar Compatible Program 138_2016_vue3Elsa Werth_Titre un à usage multiple_Bazar Compatible Program 138_2016_vue4Elsa Werth_Titre un à usage multiple_Bazar Compatible Program 138_2016_vue5Elsa Werth_Titre un à usage multiple_Bazar Compatible Program 138_2016_vue2Elsa Werth_Titre un à usage multiple_Bazar Compatible Program 138_2016_vue1Elsa Werth_Titre un à usage multiple_Bazar Compatible Program 138_2016_vue6
Hang-Handle / Deep Black, 2016
fabric, straps, hooks, 310 x 621 x 4 cm

>> exhibition view : Title One for Multiple Use, solo show at Martine Aboucaya Gallery, Paris, January 30 - March 1, 2016
Elsa Werth, ‘Noir Foncé’, 2016Elsa Werth, ‘Titre un à usage multiple’_Vue d’exposition_1
Sparkless, 2015
Paris, artist edition, digital color print, 20 pages, 24 x 16 cm, edition of 100
Elsa Werth, ‘Sans eclat’3Elsa Werth, ‘Sans eclat’2Elsa Werth, ‘Sans eclat’1
Hang-Handle / Medium Black, 2016
fabric, straps, hooks, 282 x 525 x 4 cmm

>> exhibition view : Title One for Multiple Use, solo show at Martine Aboucaya Gallery, Paris, January 30 - March 1, 2016
Elsa Werth, ‘Noir Moyen’, 2016Elsa Werth-Noir-Moyen-detail-1.jpgElsa Werth-Noir-Moyen-detail-2.jpg
Title Two For a Single Use, 2016
floor drawing, white pastel, 390 x 350 cm

>> exhibition view : Title One for Multiple Use, solo show at Martine Aboucaya Gallery, Paris, January 30 - March 1, 2016
Elsa Werth, ‘Titre deux à usage unique’_vue_2, 2016Elsa Werth, ‘Titre deux à usage unique’_vue_4, 2016Elsa Werth, ‘Titre deux à usage unique’_vue_5, 2016Elsa Werth, ‘Titre deux à usage unique’_detail, 2016
Title One for a Single Use, 2016
floor drawing, white pastel, 370 x 422 cm

>> exhibition view : Title One for Multiple Use, solo show at Martine Aboucaya Gallery, Paris, January 30 - March 1, 2016
Elsa Werth, ‘Titre un à usage unique’, 2016Elsa Werth, ‘Titre un à usage unique’_vue_2, 2016
Risky Triangle, 2013
video, 1920x1080, color, sound, 04.30

>> exhibition view : Modifications, ZK/U, Center For Art, Berlin, July 6 - 8, 2013 | curated by Lucia Schreyer
Elsa Werth, Vue d’exposition ‘Modifications’_2, ZKU BerlinElsa Werth, Vue d’exposition ‘Modifications’, ZKU Berlin_3, ZKU Berlin
Km Convenient Distance Unit, 2013
video, stereo sound, 07.30

>> exhibition view : 5/5, Rosenblum Foundation, Paris, November 21 - 23, 2013 | curated by Clément Dirié
Elsa Werth, ‘km unite pratique de distance’, [video still 1], 2013, video, son stereo, 07.30minElsa Werth, ‘km unite pratique de distance’, [video still 2], 2013, video, son stereo, 07.30min
Potentially Out of Reach, 2013
foam floor mat, door hinges, variable dimensions
Elsa Werth, ‘Potentiellement hors d’atteinte’, 2013, tapis de sol en mousse polyurethane, charnieres en metal dimensions variablesElsa Werth, ‘Potentiellement hors d’atteinte’, 2013, tapis de sol en mousse polyurethane, charnieres en metal dimensions variables.2Elsa Werth, ‘Potentiellement hors d’atteinte’, 2013, tapis de sol en mousse polyurethane, charnieres en metal dimensions variables3.jpg
Cover Letter : «YEEEEHAAAAAAAW: ONOMATOPOEIA EXPRESSING THEENTHUSIASM OF MARIE GLAIZE AND ELSA WERTH ABOUT TO START A PROJECT IN SHANGHAI», 2016
flocking on fabric, 100 x 20 x 2 cm, edition of 3 copies. Project realized in collaboration with Marie Glaize

Misappropriation of a submission call taking the shape of a scarf wore in the public space byseveral people at the same time in different locations.The copie n°1/3 was sent as our application form to the research program ‘Creation and Globalization’, Shanghai, Offshore SchoolThe two others scarves are to be worn in the same time by two people in different places.
Elsa Werth, Marie Glaize, ‘Lettre de motivation’, 2016, vue 1Elsa Werth, Marie Glaize, ‘Lettre de motivation’, 2016, vue 2Elsa Werth, Marie Glaize, ‘Lettre de motivation’, 2016, vue 5Elsa Werth, Marie Glaize, Lettre de motivation, vue generale_2Elsa Werth, Marie Glaize, Lettre de motivation, vue generale_3Elsa Werth, Marie Glaize, Lettre de motivation, vue generale_4
Added Value, 2017
ceramic, coins
project realized for UN/PAIN COLLECTION on an invitation by Céline Vaché-Olivieri
Elsa_Werth_Valeur ajoutée_1_ 2017Elsa_Werth_Valeur ajoutée_2_ 2017Elsa_Werth_Valeur ajoutée_3_ 2017Elsa_Werth_Valeur ajoutée_4_ 2017Elsa_Werth_Valeur ajoutée_5_ 2017Elsa_Werth_Valeur ajoutée_6_ 2017Elsa_Werth_Valeur ajoutée_7_ 2017Elsa_Werth_Valeur ajoutée_8_ 2017Elsa_Werth_Valeur ajoutée_9_ 2017Elsa_Werth_Valeur ajoutée_10_ 2017Elsa_Werth_Valeur ajoutée_11_ 2017
1 − 2 + 3 × 4 − 5, 2016
ingraved inox ruller, double sided, edition of 500
edited by We Do Not Work Alone, Paris
Elsa Werth, 1-2+3x4-5_vue1Elsa Werth, 1-2+3x4-5_vue2Elsa Werth, 1-2+3x4-5_detail_2Elsa Werth, 1-2+3x4-5_detail
Cutting Line, 2016
collage on paper, 45 x 60 cm
Elsa Werth, ‘Trait de coupe’, 2016, collage, 45 x 57 cmElsa Werth, ‘Trait de coupe’ [détail], 2016, collage, 45 x 57 cm
Les compétences à charge, 2013
stone, peanuts, wood, strap, clip 20 x 47 x 23 cm, 180 x 3 x 20 cm
Elsa Werth, ‘Les competences a charge’, 2013, pierre, cacahuetes, bois, sangle, clip, texture vinyl imitation marbre, 20x47x23cm, 180x3x20cmElsa Werth, ‘Les competences a charge’ [detail], 2013, pierre, cacahuetes, bois, sangle, clip, texture vinyl imitation marbre, 20x47x23cm, 180x3x20cm
Tuning Offence, 2013
sneaker, flashing led lights, electronic circuit
Elsa Werth, ‘Tuning offence’, 2013, basket, circuit electronique clignotant, leds, piles, 15x27x8cm.2Elsa Werth, ‘Tuning offence’, 2013, basket, circuit electronique clignotant, leds, piles, 15x27x8cm.1Elsa Werth, ‘Tuning offence’, 2013, basket, circuit electronique clignotant, leds, piles, 15x27x8cm
--/--/-----,2011
video, 1920x1080, color, stéréo sound, 06.00
Elsa Werth, ‘--/--/-----’ [video still], video, 1920x1080, couleur, son, 06.00min, 2011Elsa Werth, ‘--/--/-----’ [video still], video, 1920x1080, couleur, son, 06.00min, 2011
Title One for Multiple Use, 2016
solo show at Martine Aboucaya Gallery, Paris, January 30 - March 1, 2016
Elsa Werth, ‘Titre un à usage multiple’_Vue d’exposition_1Elsa Werth, ‘Titre un à usage multiple’_Vue d’exposition_2Elsa Werth, ‘Noir Foncé’, 2016Elsa Werth, ‘Titre deux à usage unique’_vue_3, 2016Elsa Werth, ‘Noir Moyen’, 2016Elsa Werth-Noir-Moyen-detail-1.jpgElsa Werth-Noir-Moyen-detail-2.jpgElsa Werth, ‘Titre deux à usage unique’_vue_2, 2016Elsa Werth, ‘Titre deux à usage unique’_vue_4, 2016Elsa Werth, ‘Titre deux à usage unique’_vue_5, 2016Elsa Werth, ‘Titre deux à usage unique’_detail, 2016Elsa Werth, ‘Noir Clair’, 2016Elsa Werth, ‘Jadis’, 2016Elsa Werth, ‘Jadis’_vue_2, 2016Elsa Werth, ‘Titre un à usage unique’, 2016Elsa Werth, ‘Titre un à usage unique’_vue_2, 2016Elsa Werth, ‘II, III, I’, 2016Elsa Werth, ‘II, III, I’_vue_2, 2016
[ x ], 2014
x hooks n°2 and n°3, variable dimensions

>> exhibition view : Open Studios, Beaux-Arts de Paris, 2014
Elsa Werth, ‘[x]’, 2014, crochets x laitonnes, dimensions variables. Vue d’exposition, ‘Ateliers ouverts’, Beaux-arts de Paris, 2014Elsa Werth, ‘[x]’, 2014, crochets x laitonnés, dimensions variables, detail4Elsa Werth, ‘[x]’, 2014, crochets x laitonnes, dimensions variables. Vue d’exposition, ‘Ateliers ouverts’, Beaux-arts de Paris, 2014.2
Perpendicular Direction to the Horizontal Plan, 2014,
offset color print on cardboard 350g, inox hooks, 21,5 x 15,5 cm, edition of 25 copies
The six attachment points are to be used to hang this work. The position will be perpendicular or angled on the wall depending on the chosen attachment point.
Elsa Werth, ‘[Aplomb] direction perpendiculaire au plan de l'horizon’, impression offset couleur et vernis brillant sur carte 350g couchée brillante une face, attaches en inox, 21,5 x 15,5 cm, 2014Elsa Werth, ‘[Aplomb] direction perpendiculaire au plan de l'horizon’, impression offset couleur et vernis brillant sur carte 350g couchée brillante une face, attaches en inox, 21,5 x 15,5 cm, 2014Elsa Werth, ‘[Aplomb] direction perpendiculaire au plan de l'horizon’, impression offset couleur et vernis brillant sur carte 350g couchée brillante une face, attaches en inox, 21,5 x 15,5 cm, 2014, vignettes
Topologie de la droite reelle, impression offset sur ruban adhesif, 5 x 660 cm
[Topology of the real line, 2014, offset printing on tape, 5 x 660 cm, edition of 35 copies]
Elsa Werth, ‘Topologie de la droite reelle’, impression offset sur ruban adhesif, 5 x 660 cmElsa Werth, ‘Topologie de la droite reelle’, [detail], impression offset sur ruban adhesif, 5 x 660 cm
Victory Eraser (I to X), 2013
cardboard office folder, elastic, metallic rivets, painted wood, 24 x 34 x 2 cm

>> exhibition view : Intertidal, Eva Meyer Gallery, Paris, February 7 - March 7, 2015 | curated by MBDTCurators
Elsa Werth Vue d exposition Intertidal 1Elsa Werth Vue d exposition Intertidal 2Elsa Werth, ‘Victory Eraser II’, 2013, pochettes cartonnees, elastiques, rivets metalliques, bois peint, 24x34x2cmElsa Werth, ‘Victory Eraser IV’, 2013, pochettes cartonnees, elastiques, rivets metalliques, bois peint, 24x34x2cmElsa Werth, ‘Victory Eraser V’modif, 2013, pochettes cartonnees, elastiques, rivets metalliques, bois peint, 24x34x2cmElsa Werth, ‘Victory Eraser X’, 2013, pochettes cartonnees, elastiques, rivets metalliques, bois peint, 24x34x2cmElsa Werth, ‘Victory Eraser I’, 2013, pochettes cartonnees, elastiques, rivets metalliques, bois peint, 24x34x2cmElsa Werth, ‘Victory Eraser VII’, 2013, pochettes cartonnees, elastiques, rivets metalliques, bois peint, 34 x 27 x 2 cm_vue2Elsa Werth, ‘Victory Eraser VII’, 2013, pochettes cartonnees, elastiques, rivets metalliques, bois peint, 24x34x2cmElsa Werth, ‘Victory Eraser III’, 2013, pochettes cartonnees, elastiques, rivets metalliques, bois peint, 24x34x2cmElsa Werth, ‘Victory Eraser VIII’, 2013, pochettes cartonnees, elastiques, rivets metalliques, bois peint, 24x34x2cmElsa Werth, ‘Victory Eraser VI’, 2013, pochettes cartonnees, elastiques, rivets metalliques, bois peint, 24x34x2cmElsa Werth, ‘Victory Eraser IX’, 2013, pochettes cartonnees, elastiques, rivets metalliques, bois peint, 24x34x2cm
7 to 1 / 5 to 1 / 30 to 1, 2015
fabric, metal 120 x 133 x 4 cm (each)

>> exhibition view : 11 Aqueduc Street, North Gallery Paris, June 19 - 21, 2015 | curated by Marie Glaize & Elsa Werth
Elsa Werth, ‘7 contre 1’, 2015_vue d’ensembleElsa Werth, ‘7 contre 1’, 2015Elsa Werth, Aqueduc vue ensemble_1Elsa Werth, ‘30 contre 1’, 2015Elsa Werth, ‘5 contre 1’, 2015Elsa Werth, ‘5 contre 1’, 2015_vue d’ensemble
Garde-Titre, Sans Fou, 2014
serigraphy on carpet, 330 x 220 cm

>> exhibition view : }-------21/91, solo show at Primo Piano, Paris Septembre 27 - October 25, 2014 | curated by Lucia Schreyer
Elsa Werth, vue d’exposition Primo Piano, Paris 2014.8Elsa Werth, vue d’exposition Primo Piano, Paris 2014
Sight-Line (I to IX), 2015
fabric, métal, 50 x 40 x 35 cm (each)

>> exhibition view : Sight-Line, Martine Aboucaya Gallery, Paris, June 9 - 20, 2015
Elsa Werth Ligne de mire 1Elsa Werth Ligne de mire vue ensemble 1Elsa Werth Ligne de mire 2Elsa Werth Ligne de mire vue ensemble 2Elsa Werth Ligne de mire 3Elsa Werth Ligne de mire vue ensemble 9Elsa Werth Ligne de mire 4Elsa Werth Ligne de mire vue ensemble 8Elsa Werth Ligne de mire 5Elsa Werth Ligne de mire vue ensemble 5Elsa Werth Ligne de mire 6Elsa Werth Ligne de mire vue ensemble 6Elsa Werth Ligne de mire 7Elsa Werth Ligne de mire vue ensemble 7Elsa Werth Ligne de mire 8Elsa Werth Ligne de mire vue ensemble 3Elsa Werth Ligne de mire 9Elsa Werth Ligne de mire vue ensemble 4
Le Havre, 2016
postcard, metallic rivets, hook, variable dimension
Elsa Werth, 'Le Havre, vue génerale’, 2016, carte postale, oeillets, accroche métallique, dimensions variables_4Elsa Werth, 'Le Havre, vue génerale’, 2016, carte postale, oeillets, accroche métallique, dimensions variables_2Elsa Werth, 'Le Havre, vue génerale’, 2016, carte postale, oeillets, accroche métallique, dimensions variables_5
External Contour Organization, 2016
fabric, métal, 50 x 40 x 35 cm (each)

>> exhibition view : (Et pour) quelques minutes de plus, La Générale En Manufacture, Sèvres, September 30 - October 11, 2015 | curated by After Hours
Elsa Werth, ‘Organisation des contours’, vue d‘ensemble_1Elsa Werth, ‘Organisation des contours’, vue d‘ensemble_2
Hang - Handle, 2015
cotton fabric, straps, hooks, variable dimensions

>> exhibition view : 60th Salon de Montrouge, Beffroi de Montrouge, May 5 - June 3, 2015 | curated by Stéphane Corréard
Elsa Werth, ‘Porte-anses’Elsa Werth, ‘Porte-anses’ [detail]
The Fourth, 2015
sneaker, flashing led lights, electronic circuit, racks, angle brackets

>> exhibition view : 60th Salon de Montrouge, Beffroi de Montrouge, May 5 - June 3, 2015 | curated by Stéphane Corréard
Elsa Werth, ‘Le Quatrieme’Elsa Werth, ‘Le Quatrieme’ [detail]
Black Square, 2016
fabric, mixed material, 37 x 37 cm, edition of 5 each of a different weight
Elsa Werth, ‘Carre noir’_1, 2016Elsa Werth, ‘Carre noir’_1, 2016
Directory Situation, 2016
alphabetical dividers, 27 x 34,5 cm
Elsa Werth, ‘Situation au repertoire’, 2015Elsa Werth, ‘Situation au repertoire’,_detail, 2015
Tertiary Sector Clash (I - X), 2013
ballpoint drawing on administrative envelope, glass, 33 x 24 cm (each)
Elsa Werth, ‘Conflit dans le secteur tertiaire II’Elsa Werth, ‘Conflit dans le secteur tertiaire III’Elsa Werth, ‘Conflit dans le secteur tertiaire IV’Elsa Werth, ‘Conflit dans le secteur tertiaire V’Elsa Werth, ‘Conflit dans le secteur tertiaire VI’Elsa Werth, ‘Conflit dans le secteur tertiaire VII’Elsa Werth, ‘Conflit dans le secteur tertiaire VIII’Elsa Werth, ‘Conflit dans le secteur tertiaire IX’
Fallback Solution, 2013
folding chairs, metal eyelets, strap, bumbag, 80 x 47 x 80 cm

>> exhibition view : Gustave Goublier Street, 75002, Paris, March 9 - 11, 2013 | curated by Romain Vicari
Elsa Werth, Solution de repli, 2013_1Elsa Werth, Solution de repli, 2013_2Elsa Werth, Solution de repli, 2013_3Elsa Werth, ‘chaises’, 2013, chaises pliantes en acier, oeillets, sangle, sacoche ceinture, 80x47x80cmElsa Werth, ‘chaises’, 2013, chaises pliantes en acier, oeillets, sangle, sacoche ceinture, 80x47x80cm

SOLO SHOWS

Temporary Perspectives
>> Martine Aboucaya Gallery, Paris

Title One for Multiple Use
>> Bazar Compatible Program, Shanghai

Title One for Multiple Use
>> Martine Aboucaya Gallery Paris

}------- 20 / 91
>> Primo Piano Paris, curated by Lucia Schreyer

Plus Une Pièce | Plus Un Multiple
>> exhibitions cycle in a storage unit of 2.5 sq.m., curated by Muriel Leray & Elsa Werth



GROUP SHOWS

La vie mode d'emploi
>> Chanot Contemporary Art Center, Clamart, curated by Madeleine Mathé & Karin Schlageter

BIG 2017 : Biennale des espaces d'art indépendants de Genève
>> Plaine Plainpalais, Geneva

OFF PAC 2017
>> 195 avenue de la Madrague de Montredon, Marseille, curated by Paul Paillet & Jonathan Vidal

Do Disturb X Nouvelle Collection
>> Palais de Tokyo, Paris

Nouvelle Collection Paris / Spring - Summer 2017
>> Beaux-Arts de Paris, curated by Sarah Nefissa Belhadjali

Rob is a Robe
>> DOC Paris, curated by DOC x Nouvelle Collection Paris

Nouvelle Collection Paris
Autumn - Winter 2016
>> Beaux-Arts de Paris, curated by Sarah Nefissa Belhadjali & Tania Gheerbrant

Quelques manuscrits trouvés dans une cervelle...
>> Martine Aboucaya Gallery Paris

10 9 19
>> 26 Meaux Street 75019 Paris, curated by Karin Schlageter

(Et pour) quelques minutes de plus
>> La Générale en Manufacture Sèvres, curated by After Hours

Cocktail Games
>> La Ludothèque éphémère du 8 rue Saint-Bon Paris, curated by Florencia Chernajovsky & Clément Dirié

Sight-Line
>> Martine Aboucaya Gallery Paris

11 Aqueduc Street
>> North Gallery Paris, curated by Marie Glaize & Elsa Werth

60th Salon de Montrouge
>> Beffroi de Montrouge, curated by Stéphane Corréard

Multiple Art Days #1
>> La Maison Rouge, Paris, invitation by Mathieu Mercier

Bazar
>> Primo Piano, Paris, curated by Lucia Schreyer


Intertidal
>> Eva Meyer Gallery Paris, curated by MBDTCurators

Châteaux de cartes
>> Florence Loewy Gallery

Toujours +
>> Florence Loewy Gallery, curated by Muriel Leray & Elsa Werth

Open Studios
>> Beaux-Arts de Paris

Les rencontres internationales Paris / Berlin / Madrid

5/5
>> Rosenblum Foundation, Paris, curated by Clément Dirié

Marler Media Art Award
>> Skulpturenmuseum Glaskasten, Marl, curated by Georg Elben

Modifications
>> ZK/U, Center For Art, Berlin, curated by Lucia Schreyer

Prix des Amis des Beaux-Arts de Paris

Gustave Goublier Street
>> Gustave Goublier Street, Paris, curated by Romain Vicari

Temporary Perspectives
solo show at Martine Aboucaya Gallery Paris, March 17 - April 22, 2017
Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_2Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_3Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_4Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_5Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_6Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_7Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_8Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_9Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_10Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_11Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_12Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_13Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_14Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_15Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_16Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_1Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_17Elsa Werth, ‘Perspectives provisoires’, 2017, vue d’exposition_18
Title One for Multiple Use
solo show at Bazar Compatible Program Shanghai, December 27, 2016 - January 6, 2017
Elsa Werth_Titre un à usage multiple_Bazar Compatible Program 138_2016_vue3Elsa Werth_Titre un à usage multiple_Bazar Compatible Program 138_2016_vue4Elsa Werth_Titre un à usage multiple_Bazar Compatible Program 138_2016_vue5Elsa Werth_Titre un à usage multiple_Bazar Compatible Program 138_2016_vue2Elsa Werth_Titre un à usage multiple_Bazar Compatible Program 138_2016_vue1Elsa Werth_Titre un à usage multiple_Bazar Compatible Program 138_2016_vue6
11 Aqueduc Street
North Gallery, Paris, June 19 - 21, 2015
group show with Simon Bergala, César Chevalier, Louis Clais, Mathilde Ganancia, Adrien Genty,Marie Glaize, Helene Hellmich, Lucas Henao Serna, Yusuke Kaseno, Muriel Leray, Camila Oliveira Fairclough,Louise Siffert, Céline Vaché-Olivieri, Romain Vicari, Elsa Werth | curated by Marie Glaize & Elsa Werth

>> work presented : 7 to 1 / 5 to 1 / 30 to 1, 2015, fabric, metal 120 x 133 x 4 cm (each)
Elsa Werth, ‘7 contre 1’, 2015Elsa Werth, ‘7 contre 1’, 2015_vue d’ensembleElsa Werth, ‘30 contre 1’, 2015_vue d’ensembleElsa Werth, ‘30 contre 1’, 2015Elsa Werth, ‘5 contre 1’, 2015Elsa Werth, ‘5 contre 1’, 2015_vue d’ensemble
}------- 20 / 91
solo show at Primo Piano Paris, Septembre 27 - October 25, 2014 | curated by Lucia Schreyer
Elsa Werth, vue d’exposition Primo Piano, Paris 2014Elsa Werth, vue d’exposition Primo Piano, Paris 2014.8Elsa Werth, vue d’exposition Primo Piano, Paris 2014Elsa Werth, vue d’exposition Primo Piano, Paris 2014.6Elsa Werth, vue d’exposition Primo Piano, Paris 2014.9Elsa Werth, vue d’exposition Primo Piano, Paris 2014.10
Quelques manuscrits trouvés dans une cervelle...
Martine Aboucaya Gallery Paris, May 12 - June 22, 2016
group show with John Baldessari, Christian, Boltanski, Marcel Broodthaers, Philippe Cazal, Claude Closky, Angela Detanico / Rafael Lain,Peter Downsbrough, Hans-Peter Feldmann, Joseph Grigely, Joséphine Kaeppelin, Thierry Kuntzel, Claire Morel, Federico Nicolao, Bernard Ollier,Jacques Roubaud, Fabrice Samyn, Vittorio Santoro, Michael Snow

>> work presented : Die torn paper, black pushpins, variable dimensions
Elsa Werth, Vue d’exposition, Quelques manuscrits trouvés dans une cervelle_1Elsa Werth, Vue d’exposition, Quelques manuscrits trouvés dans une cervelle_4Elsa Werth, Vue d’exposition, Quelques manuscrits trouvés dans une cervelle_5Elsa Werth, Vue d’exposition, Quelques manuscrits trouvés dans une cervelle_6Elsa Werth, Vue d’exposition, Quelques manuscrits trouvés dans une cervelle_2Elsa Werth, Vue d’exposition, Quelques manuscrits trouvés dans une cervelle_3
Sight-Line
Martine Aboucaya Gallery Paris, June 9 - 20, 2015
group show with Peter Downsbrough, Angela Detanico / Rafael Lain, Stéphane Vigny

>> work presented : Sight-Line (I to IX), 2015, fabric, métal, 50 x 40 x 35 cm (each)
Elsa Werth Ligne de mire vue ensemble 5Elsa Werth Ligne de mire vue ensemble 3Elsa Werth Ligne de mire vue ensemble 2Elsa Werth Ligne de mire vue ensemble 9Elsa Werth Ligne de mire 6Elsa Werth Ligne de mire 1Elsa Werth Ligne de mire 2Elsa Werth Ligne de mire 3Elsa Werth Ligne de mire 4Elsa Werth Ligne de mire vue ensemble 8Elsa Werth Ligne de mire vue ensemble 6Elsa Werth Ligne de mire 7Elsa Werth Ligne de mire vue ensemble 7Elsa Werth Ligne de mire 8Elsa Werth Ligne de mire 9Elsa Werth Ligne de mire vue ensemble 4
OFF PAC 2017
195 avenue de la Madrague Montredon Marseille, May 27, 2017
group show with Mathieu Arbez Hermoso, Abino Byrolle, Charlotte Carteret, Wolf Cuyvers, Kevin Gotkovsky,Jean-Baptiste Janisset, Lucie Laurenti, Mathieu Merlet-Briand, Antoine Nessi,Stéphane Nowak Papantoniou, Romee van Oers, Paul Paillet, Mathias Pfund, Carine Santi Weil,Lise Stoufflet, Charles Thomassin, Jony Valado, Victor Vaysse, Luca Veuillet, Romain Vicari, Jonathan Vidal | curated by Paul Paillet and Jonathan Vidal

>> work presented : Manifest [Precarious Shape Visible this Day with No Manifest Value], 2016, ink stamp
Elsa Werth, Manifeste, activation dans le cadre du OFF PAC 2017_vue7Elsa Werth, Manifeste, activation dans le cadre du OFF PAC 2017_vue6Elsa Werth, Manifeste, activation dans le cadre du OFF PAC 2017_vue5Elsa Werth, Manifeste, activation dans le cadre du OFF PAC 2017_vue1Elsa Werth, Manifeste, activation dans le cadre du OFF PAC 2017_vue2Elsa Werth, Manifeste, activation dans le cadre du OFF PAC 2017_vue3Elsa Werth, Manifeste, activation dans le cadre du OFF PAC 2017_vue4
Rob is a Robe
DOC Paris, October 22 - 25, 2016
group show curated by Doc x Nouvelle Collection Paris

>> work presented : Cover Letter : «YEEEEHAAAAAAAW: ONOMATOPOEIA EXPRESSING THE ENTHUSIASM OF MARIE GLAIZE AND ELSA WERTH ABOUT TO START A PROJECT IN SHANGHAI», 2016
flocking on fabric, 100 x 20 x 2 cm, edition of 3 copies. Project realized in collaboration with Marie Glaize.
Elsa Werth, Vue d’exposition 'Rob is a Robe’, 2016 _1Elsa Werth, Vue d’exposition 'Rob is a Robe’, 2016 _2Elsa Werth, Vue d’exposition 'Rob is a Robe’, 2016 _3
Open Studios
Beaux Arts de Paris, 2014

>> work presented :[ x ], 2014, x hooks n°2 and n°3, variable dimensions
Elsa Werth, ‘[x]’, 2014, crochets x laitonnes, dimensions variables. Vue d’exposition, ‘Ateliers ouverts’, Beaux-arts de Paris, 2014Elsa Werth, ‘[x]’, 2014, crochets x laitonnés, dimensions variables, detail4Elsa Werth, ‘[x]’, 2014, crochets x laitonnes, dimensions variables. Vue d’exposition, ‘Ateliers ouverts’, Beaux-arts de Paris, 2014.2
Prix des amis des beaux-arts de Paris
Elsa Werth, Vue d’installation Prix des Amis des Beaux-Arts de Paris, 2013, ‘Un triangle dangereux’, ‘Sans detour’
Nouvelle Collection Paris / Autumn - Winter 2016
Beaux-Arts de Paris, October 6, 2016 | curated by Sarah Nefissa Belhadjali & Tania Gheerbrant

>> work presented : Cover Letter : «YEEEEHAAAAAAAW: ONOMATOPOEIA EXPRESSING THE ENTHUSIASM OF MARIE GLAIZE AND ELSA WERTH ABOUT TO START A PROJECT IN SHANGHAI», 2016
flocking on fabric, 100 x 20 x 2 cm, edition of 3 copies.
Project realized in collaboration with Marie Glaize.
Elsa Werth, Marie Glaize, Lettre de motivation, Nouvelle Collection_1
Gustave Goublier Street, 2013
Gustave Goublier Street, Paris, March 9 - 11, 2013
group show with César Chevalier, Noémie Cornier de Vulpian, Wolf Cuyvers, Alexandre Damerval,Sarah Djali, Alexander Duke, Francois Noé Fabre , Adrien Gerenton, Marie Glaize,Gabriel Haberland, Jean Batiste Janisset, Lennart Krauß, Benjamin Magot, Garik Melkonyan, Marie Moussa-Zlatov, Jeremy Niquet,Paillet Paul, Baptiste Rabichon, Loup Sarion, Victor Vaysse, Romain Vicari | curated by Romain Vicari

>> work presented : Fallback Solution, 2013, folding chairs, metal eyelets, strap, bumbag, 80 x 47 x 80 cm
Elsa Werth, Solution de repli, 2013_1Elsa Werth, Solution de repli, 2013_2Elsa Werth, Solution de repli, 2013_3
Toujours +
Florence Loewy Gallery, Paris, September 6 - 20, 2014
group show with Clémentine Adou, Eva Barto, Jean-Philippe Basello, Gaëlle Cintré, Vincent Dulom, Christophe Herreros, Clément Laigle, Jean-Baptiste Lenglet, Muriel Leray | curated by Muriel Leray & Elsa Werth

>> work presented : Victory Eraser V, 2013, cardboard office folder, elastic, metallic rivets, painted wood, 24 x 34 x 2 cm
Toujours+_Vue_Generale_1.jpgElsa Werth, 'Vue d’exposition Toujours +’Elsa Werth, ‘Vue d’exposition Toujours +’2Elsa Werth, ‘Victory Eraser V’modif, 2013, pochettes cartonnees, elastiques, rivets metalliques, bois peint, 24x34x2cm
Chateaux de cartes
Florence Loewy Gallery, Paris, January 10 - February 21, 2015
group show with Florian Bézu, Claude Closky, documentation céline duval, Mimosa Echard, Richard Fauguet,Charlie Jeffery, Yann Sérandour, Oriol Vilanova

>> work presented : Perpendicular Direction to the Horizontal Plan, 2014, offset color print on cardboard 350g, inox hooks, 21,5 x 15,5 cm
Elsa Werth, vue d’exposition ‘Chateaux de cartes’Elsa Werth, vue d’exposition ‘Chateaux de cartes’_2
60th Salon de Montrouge
Beffroi de Montrouge, May 5 - June 3, 2015
group show curated by Stéphane Corréard

>> work presented : Hang - Handle, 2015, cotton fabric, straps, hooks, variable dimensions; The Fourth, 2015, sneaker, flashing led lights, electronic circuit, racks, angle brackets
Elsa Werth, ‘Porte-anses’Elsa Werth, ‘Porte-anses’ [detail]Elsa Werth, ‘Le Quatrieme’Elsa Werth, ‘Le Quatrieme’ [detail]
Plus Une Pièce | Plus Un Multiple
>> solo show in a storage unit of 2.5 sq.m., Paris, May 3 - May 8, 2014 | curated by Muriel Leray & Elsa Werth
Elsa Werth, ‘[x]’, 2014, crochets x laitonnés, dimensions variables, ensemble
Intertidal
Eva Meyer Gallery, Paris, February 7 - March 7, 2015
group show with Joséphine Kaeppelin, Pierre Labat, Flora Moscovici, Nicolas Muller | curated by MBDTCurators

>> work presented : Victory Eraser X, I, V, II, IV, 2013, cardboard office folder, elastic, metallic rivets, painted wood, 24 x 34 x 2 cm (each)
Elsa Werth Vue d exposition Intertidal 2Elsa Werth Vue d exposition Intertidal 1Elsa Werth, ‘Victory Eraser X’, 2013, pochettes cartonnees, elastiques, rivets metalliques, bois peint, 24x34x2cm
5/5
Rosenblum Foundation, Paris, November 21 - 23, 2013
group show with Constance Dreyfus, Elsa Guillaume, Céline Lastenet, Pauline Lavogez | curated by Clément Dirié

>> work presented : Victory Eraser I, III, IV, X, 2013, cardboard office folder, elastic, metallic rivets, painted wood, 24 x 34 x 2 cm (each); Km Convenient Distance Unit,2013, video, stereo sound, 07.30
Elsa Werth, Vue d’exposition Fondation Rosenblum, Paris, 2013Elsa Werth, Vue d’exposition Fondation Rosenblum, 2013.2Elsa Werth, Vue d’exposition Fondation Rosenblum, Paris, 2013.3Elsa Werth,‘km unité pratique de distance’ [vidédo still 4], 2013, video, son stereo, 07.30min. Vue d'exposition Fondation Rosenblum, Paris, 2013
(Et pour) quelques minutes de plus
La Générale En Manufacture Sèvres, September 30 - October 11, 2015
group show with Sépànd Danesh, Tarik Kiswanson, Kenny Dunkan, Jean Hubert, Yao Qingmei | curated by After Hours

>> work presented : External Contour Organization, 2016, fabric, métal, 50 x 40 x 35 cm (each)
Elsa Werth, ‘Organisation des contours’, vue d‘ensemble_1Elsa Werth, ‘Organisation des contours’, vue d‘ensemble_2
Modification
ZK/U, Center For Art, Berlin, July 6 - 8, 2013
group show with Clémentine Adou, Tekla Aslanishvili, Eva Barto, Manon Bellet, Caroline Bittermann,César Chevalier, Victor Daamouche, Laura Dechenaud, Dennis Feddersen, Michel François, Franziska Furter,Hadrien Gérenton, Juliette Goiffon & Charles Beauté, Gabriel Haberland, Hervé Humbert, Jeroen Jacobs,Jean­Baptiste Janisset, Lennart Krauss, Nicolas Moulin, Chihying Musquiqui, Timo Nasseri,Paul Paillet, Andrea Pichl, Loup Sarion, Pierre Spencer, Victoire Thierée, Romain Vicari Florian Viel, Albert Weis | curated by Lucia Schreyer

>> work presented : Risky Triangle, video, color, sound, 04.30; Tertiary Sector Clash (I - X), 2013, ballpoint drawing on administrative envelope, glass, 33 x 24 cm (each)
Elsa Werth, Vue d’exposition ‘Modifications’_2, ZKU BerlinElsa Werth, Vue d’exposition ‘Modifications’_3, ZKU BerlinElsa Werth, Vue d’exposition ‘Modifications’, ZKU Berlin
La vie mode d’emploi
Chanot Contemporary Art Center, Clamart, May 18 - July 9, 2017
group show with Saâdane Afif, Francis Alÿs, Guillaume Bijl, Irène Billard, Vanessa Billy, Katinka Bock, Daniel Gustav Cramer, Tacita Dean,Edith Dekyndt, Jimmie Durham, Calla Henkel & Max Pitegoff, Lisa Holzer, David Horvitz, Daniel Jacoby,Aukje Koks, Alicja Kwade, Randa Maroufi, Mathieu Mercier, Aiden Morse, Jean-Luc Moulène, Julien Nédélec,Simon Nicaise, Bruno Peinado, Amalia Pica, Bertrand Planes, Julien Prévieux, Laure Prouvost, Janis Rafa, Sébastien Rémy,Camille Roux, Matthew Smith, Kathrin Sonntag, Ana Vega, Anna Virnich, Danh Vo, Erwin Wurm | curated by Madeleine Mathé & Karin Schlageter

>> work presented : [ x ], 2014, x hooks n°2 and n°3, variable dimensions
Elsa Werth, Vue exposition La vie mode d’emploi_1Elsa Werth, ‘[x]’, 2014, crochets x laitonnés, dimensions variables, detail4
Cocktail Games
La Ludothèque éphémère du 8 rue Saint-Bon Paris, July 1 - 24, 2015
group show with Lorraine Châteaux, Amélie Dubois, Timothée Dufresne, Thomas Lannette, Olive Martin & Patrick Bernier, Eliana Otta, Olivia Plender, Matteo Rubbi, The Big Conversation Space, Carla Zaccagnini et le collectif Lauenen| curated by Florencia Chernajovsky & Clément Dirié

>> work presented : Garde-Titre, Sans Fou, 2014, serigraphy on carpet, 330 x 220 cm
Elsa Werth, Vue exposition ‘Cocktail Games’_2Elsa Werth, Vue exposition ‘Cocktail Games’_1
10 9 19
26, Meaux Street 75019 Paris, March 9 - 13, 2016
group show with Sophie Bonne Poupe & Helena de Laurens, Cécile Bouffard, Camille Frechou, Nicolas Hosteing, Ange Leccia,Julien Magre, Benoît Menard, Alderic Trével, Yonatan Vinitsky | curated by Karin Schlageter

>> work presented : Victory Eraser X, IV, VIII, 2013, cardboard office folder, elastic, metallic rivets, painted wood, 24 x 34 x 2 cm (each)
Elsa Werth, Vue d exposition 10 9 19Elsa Werth, ‘Victory Eraser X’, 2013, pochettes cartonnees, elastiques, rivets metalliques, bois peint, 24x34x2cm
Multiple Art Days #1
La Maison Rouge, Paris, May 22 - 24, 2015, invitation and curating of the booth by Mathieu Mercier

>> work presented : Perpendicular Direction to the Horizontal Plan, 2014, offset color print on cardboard 350g, inox hooks, 21,5 x 15,5 cm
Multiple Art Days _1Multiple Art Days _2

Potentiels évoqués visuels [Potential Visual Evocations]
ongoing project since autumn 2016
curated by Elsa Werth

11 Aqueduc Street
North Gallery Paris, June 19 - 21 2015, curated by Marie Glaize & Elsa Werth

Toujours +
Florence Loewy Gallery, Paris, September 6 - 20, 2014, curated by Muriel Leray & Elsa Werth

Plus Une Pièce | Plus Un Multiple
exhibition cycle in a storage unit of 2.5sq.m., Paris, March 15 - May 29, 2014, curated by Muriel Leray & Elsa Werth

Plus Une Pièce | Plus Un Multiple
exhibition cycle in a storage unit of 2.5sq.m., Paris, March 15 - May 29, 2014
with Jean-Baptiste Lenglet, Muriel Leray, Jean-Philippe Basello, Eva Barto, Christophe Herreros, Vincent Dulom, Elsa Werth, Clémentine Adou, Clément Laigle, Gaëlle Cintré | curated by Muriel Leray & Elsa Werth

The exhibitions cycle, ‘Plus Une Pièce’, took place from March 15 to May 29, 2014. Tenartists successively showed an artwork in a specific space : a two and a half square metersstorage unit. We have also invited the artists to produce an edition in 25 copies. Only onerestriction : the edition must fit into a C4 sized envelope. A modest container to go along with the storage unit.

A group show, ‘Plus Un Multiple’, presented the editions from all ten artists, and took placeat mid-term of the exhibitions cycle, from April 19 to April 24. A catalogue was published at the end of this experiment, gathering thedocumentation of the exhibited works, texts and interviews.

For this project we intended to create a collaborative workspace where to think about art, outside of market strategies. We are convincedthat this specific context brought on some stimulating works. Elaborating an artwork in a marginal space is definitly grounds for thought.The storage unit as an exhibition space was a humble small-scale area. However, it was located in the center of Paris, at the heart ofthe Marais gallery district. The gap between a raw space and its prestigious location was the touch of humour of this proposition, a wink atthe parisian art institutions and galleries. There was a game to play, a harsh competition; but by creating our own rules and events,we have set up a new deal.

It was, at least, a premise, an impulse, a wish to make things move. The storage unit was challenging : it wassmall, had no electricity, and there was no easy way to display pieces. Nevertheless it enabled to host small meeting groups, and favoured a direct contact betweenthe artist and the visitors.

We wanted to encourage non-conformist exchanges far from conventional openings. We have defended a strong and committedcuratorial idea in an original exhibition space. Come and see, open a door among so many other doors. Here was something that shouldn’t have been there. And yet : it wasan event!









>> view of the corridor
Plus Une Piece|Plus Un Multiple, 2014, vues generales_1
>> view the storage unit n°378 of 2,5 sq.m.
Plus Une Piece|Plus Un Multiple, 2014, vues generales_2
>> exhibition view : Christophe Herreros, avant les chiens, 2014
Plus Une Piece|Plus Un Multiple, 2014, vues generales_3
>> exhibition view : Clément Laigle, Genetics and design, drugs, 2014
Plus Une Piece|Plus Un Multiple, 2014, vues generales_4
>> exhibition view : Vincent Dulom, écart, 2014
Plus Une Piece|Plus Un Multiple, 2014, vues generales_6
Potentiels évoqués visuels [Potential Visual Evocations]
ongoing project since autumn 2016

>> a travelling exhibition with : Claude Closky, Lucas Henao Serna, Seulgi Lee, Marylène Negro, Yonatan Vinitsky | curated by Elsa Werth

Potential visual evocations is a travelling exhibition printed on a 2,80 x 5 meters curtain.Claude Closky, Lucas Henao Serna, Seulgi Lee, Marylène Negro, Yonatan Vinitskty have been invited to produce a specific work on this medium and to participatein a project which enables works of art to exist and to be presented outside conventional art spaces.This alternative exhibition format, can easily be moved and shown in a number of places with an economy of means.This project is a non profit, the curtain was produced in a single off-sale display copy.This exhibition project is challenging, it questions the access to art, the production of art works and its impact on the public.Potential visual evocations could for example be hanged on a window of a hotel or apartment room, the curtain facing the street to be seen by the passers-by.It might take place in an exhibition space, or in a shop window and why not in the departure hall of a railway station.

Occurrence #1 / September 3 - 24, 2016 / galerie Florence Loewy, 9 rue de Thorigny 75003 Paris
Occurrence #2 / September 12, 2016 / Palais des Beaux-Arts, 13 quai Malaquais 75006 Paris
Occurrence #3 / September 29 - December 15, 2016 / 46, rue Chance Milly 92110 Clichy
Occurrence #4.1 / December 27, 2016 / 2999 North Renmin Road,Songjiang district, Shanghai 201620
Occurrence #4.2 / December 27, 2016 / 158 Anshun Road / Shanghai 201620
Occurrence #4.3 / December 29, 2016 / Aomen Lu 288, Shanghai 200052
Occurrence #5 / February 3 - May 7, 2017 / Centre de la Gravure et de l'Image imprimée de la Fédération Wallonie-Bruxelles / 7100 La Louvière, Belgium

>> web <<



































Potentielsevoquesvisuels, 2016, occurrence 1
Potentielsevoquesvisuels, 2016, occurrence 2
Potentielsevoquesvisuels, 2016, occurrence 3
Potentielsevoquesvisuels, 2016, occurrence 4.1
Potentielsevoquesvisuels, 2016, occurrence 4.2
Potentielsevoquesvisuels, 2016, occurrence 4.3
Potentielsevoquesvisuels, 2016, occurrence 5
Elsa Werth, POTENTIELS EVOQUES VISUELS, diagramme_format web
11 Aqueduc Street
North Gallery, Paris, June 19 - 21, 2015
group show with Simon Bergala, César Chevalier, Louis Clais, Mathilde Ganancia, Adrien Genty,Marie Glaize, Helene Hellmich, Lucas Henao Serna, Yusuke Kaseno, Muriel Leray, Camila Oliveira Fairclough,Louise Siffert, Céline Vaché-Olivieri, Romain Vicari, Elsa Werth | curated by Marie Glaize & Elsa Werth

This is a 48-hour-art-exhibition.From door to door, from the studio to the gallery, from up close or from afar, fifteen artists are sending us a work of art and the time and means needed to reach us is taken into account.

Folded, rolled, wrapped, boxed, unwrapped, exhibited, as it travels the work of art undergoes changes, takes on different shapes.Short time and limited means are deliberate choices to gather for one single exhibition artists with original and very singular techniques.


>> web <<





Elsa Werth, Aqueduc invitations
Elsa Werth, Acqueduc_commissariat_vues_exposition_1
Elsa Werth, Acqueduc_commissariat_vues_exposition_2
Elsa Werth, Acqueduc_commissariat_vues_exposition_3
Elsa Werth, Acqueduc_commissariat_vues_exposition_4
Elsa Werth, Acqueduc_commissariat_vues_exposition_5
Elsa Werth, Acqueduc_commissariat_vues_exposition_6
Toujours +
Florence Loewy Gallery, Paris, September 6 - 20, 2014
group show with Clémentine Adou, Eva Barto, Jean-Philippe Basello, Gaëlle Cintré, Vincent Dulom,Christophe Herreros, Clément Laigle, Jean-Baptiste Lenglet, Muriel Leray, Elsa Werth | curated by Muriel Leray & Elsa Werth

From September 6 to September 20, 2014, at Florence Loewy, Toujours + brings together theten artists who took part in the Plus Une Pièce | Plus Un Multiple project.

In this previous series of exhibitions, each at a time, they were invited to propose a specificpiece for an unusual space: a storage unit of 2,5 sq.m. They also had the opportunity toproduce an edition in 25 copies. The only constraint was for this piece to fit in a C4 envelope.

The stance of Toujours + is to organize within a communal time a segmented space. Theartists, now, have to work side by side on 61,5cm of wall. The editions from the previousseries of exhibitions will also be displayed in the bookstore showcases.Still, playing with time and space, what matters is to make the pieces exist. The transpositionof the Plus Une Pièce project in a gallery space is challenging. We’ve decided to address it withan economy of means echoing back that of the storage unit.

We are convinced strong pieces will emerge once again.






































Toujours+_Vue_Generale_1
Elsa Werth, 'Vue d’exposition Toujours +’
Elsa Werth, ‘Vue d’exposition Toujours +’2

Pedro Morais
in Le Quotidien de l'Art
Friday 24th March 2017_(FR)

Claude Closky
about Temporary Perspectives
march 2017_(FR + EN)

Benoît Blanchard
exhibition review, march 2016_(FR)

Simon Bergala
in Catalogue 60eme Salon de Montrouge, 2015_(FR + EN)

Ingrid Luquet-Gad
exhibition review in Les Inrocks.com, 2015_(FR)

Lucia Schreyer
about }------- 20 / 91, september 2014_(FR + EN)

Sarah Kristin Happersberger, Marler Medienkunst Preise 2013 - 2014_(EN + DE)

Ingrid Luquet-Gad
in Editions Ensba Paris, 2014_(FR)

Lucia Schreyer
in Code Magazine 2.0, 2013_(FR)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pedro Morais in Le Quotidien de l'Art, Friday 24th March 2017

Les schémas abstraits de l’économie se traduisent-ils dans uneesthétique matérielle spécifique ? Elsa Werth soumet des matériauxissus du monde du travail à un impératif d’improductivité et de jeu,soulignant notre capacité d’appropriation des grilles préétablies,en refusant l’assignation à un seul rôle productif. Elle exposeactuellement à la Galerie Martine Aboucaya, à Paris, avant uneprésentation dans le cadre de la collection de Joseph Kouli auCentre d’art contemporain Chanot à Clamart.

Est-ce bien un problème de mémoire courte du monde de l’art ou le faitque des problématiques récurrentes – comment s’approprier ou détournerle langage du monde économique tout en instaurant une distance critique,par exemple – s’actualisent dans des nouvelles configurations technologiquesqui en modifient le langage et imposent d’autres angles d’attaque ?Si les polémiques actuelles autour des ambiguïtés de l’« esthétique corporate »(s’agit-il d’un détournement critique, mimétique ou d’adhésion ?) entourentle collectif new-yorkais DIS ou des artistes comme Simon Denny, Timur Si-Qin ou Hito Steyerl, il serait intéressant de les mettre en perspective avec lesdiscussions des années 1990 autour des entreprises d’artistes et de l’esthétiquedu secteur tertiaire. L’un des textes majeurs de l’époque à ce sujet, Amour,gloire et CAC 40 : Esthétique, sexe, entreprise, croissance, mondialisation etmédias (1999) de Jean-Charles Massera, s’inscrivait dans un dialogue plus vaste avec le champ littéraire.Refusant violemment le repli de l’artiste en quête de vérités éternelles, certains auteursdéfendaient alors la nécessité de prendre acte des discours préconstruits (ceux del’entreprise ou de l’administration, par exemple) pour les démystifier et rendreopaque leur prétendue transparence. Plutôt que d’assimiler les facteursd’aliénation à des forces occultes qui tirent les fils de nos vies, il faudrait lestravailler à l’intérieur même des pratiques et discours qui nous forment.

Il est donc significatif de voir la jeune artiste Elsa Werth s’inscrire dans lesillage de Claude Closky, très proche de cette mouvance et auteur lui-mêmede plusieurs détournements littéraires du langage « corporate ». Dans lecas d’Elsa Werth, cette exploration s’inscrit plutôt au niveau de la réalitématérielle associée au travail en bureau, tout en employant la même hyperlittéralitéde Closky. Quand elle détourne des enveloppes administrativesfaites pour circuler à l’intérieur d’une agence sans obligation de dialogueentre les employés (devenant un « corbeau » kafkaïen), son geste se limite àdessiner une cible (et à introduire une dimension conflictuelle) sur les lignesgéométriques préexistantes. De même, les pochettes cartonnées à élastiquesdeviennent un terrain de jeu pour des combinatoires de lignes, à la fois ungeste distrait et obsessionnel, un grain de sable dans l’engrenage du temps detravail.

À la Galerie Martine Aboucaya, à Paris, Elsa Werth prolonge ce jeu entrela rationalité de la grille et le geste improvisé, sorte de gribouillis et signature,dont le caractère furtif évoque un sabotage de l’impératif de productivité.« Les horloges que j’expose à la galerie semblent être àl’arrêt dans un angle droit, mais ce temps suspendu est perturbé par une troisièmeaiguille qui indique à chaque fois uniquement les secondes, les minutes ou lesheures, explicite l’artiste. J’ai voulu que l’angle, la forme élémentaire de la mise enperspective d’un espace, soit mélangée à une dimension temporelle ».

L’explorationdu monde matériel reliée à la dimension abstraite du travail tertiaire setraduit chez Elsa Werth par une dimension très diversifiée de matériaux et desupports, allant des chaises à des tapis, en passant par des étranges rideauxaux formes géométriques. Les relectures récentes de l’art moderne ontdémontré les limites de la prétendue rationalité de l’abstraction, établissantdes liens ambivalents avec une dimension parfois spirituelle ou symbolique.Ici, le dessin gravé sur le tapis est à la fois un plan d’architecture et un plateau de jeu crypté,présenté en parallèle d’une vidéo où un magicien joue avec des cartes d’un tarot minimal, entre lemathématicien et le numérologue.

Malgré son intérêt pour les formes du design industriel,Elsa Werth garde depuis le début de son travail un attachement à l’économie de moyens et au do-it-yourself.Ses premières vidéo s’intéressaient à la façon de charger les éléments banals d’un paysage d’unesensation de danger (un sniper professionnel décrypte les facteurs naturelslui permettant de tirer à longue distance) ou s’intéressaient à la puissancethéâtrale d’une simple forme posée au sol (l’attente d’un combat clandestinde free fight dans une friche à Mulhouse). « Quand je tords une basket, symboled’un certain désir de consommation, et je la customise, ce qui m’intéresse, c’estcomment chacun s’approprie, rend improductive ou détourne une économie dediagrammes abstraits », conclut-elle.











Simon Bergala in Catalogue of 60th Salon de Montrouge, 2015

Topologie de la droite réelle, 2014, impression offset sur ruban adhésif, 5 x 660 cm, édition de 35 exemplaires. Ces mots sonttout à la fois le titre d’un multiple, sa notice et le texte imprimé en continu sur le ruban de scotch qui en est l’objet. Topologie de ladroite réelle, le titre à l’intérieur du titrenotice, est, comme le souligne l’artiste, le nom « d’une structure mathématique quidonne, pour l’ensemble des nombres réels, des définitions précises aux notions de limite et de continuité ».

Comme souvent dans le travail d’Elsa Werth, une dimension auto-référentielle renvoie aux conventions instituées de l’art. Ici la noticed’information devient le contenu de la pièce ainsi que son titre. Mais dans le même temps, le scotch peut s’appliquer et s’applique en tout contexte, où se tissent de nouvellessignifications. La dimension linéaire propre au ruban adhésif, qui relie ou sépare l’espace, est le vecteur qui lie les systèmes de référencesde l’art à la nature spécifique d’un environnement. D’où le rôle-titre : Topologie de la droite réelle, une « définition précise aux notions de limite et de continuité ».De manière récurrente dans le travail d’Elsa Werth, c’est par des objets usuels que se produisent des articulations entre des dispositifs propres à l’art et des déterminations hétérogènesqui en modifient les enjeux. L’art questionne notre rapport au réel. Inversement les objets, comme les déplacements d’un champ à un autre, interrogent l’autonomie desmécanismes de l’art. Son travail s’étend de l’objet exposé dans la galerie à une pratique inscrite dans l’espace public ou d’autres contextes. Les expositions d’Elsa Werthse déploient entre ces différents espaces, révélant leurs rapports de continuité et de discontinuité.

Victory Eraser, série de 10 pochettes de bureau cartonnées à élasticité variable, offre à la première lecture un ensemble de couleurs et de compositions, mais l’objet, lui,nous renvoie au design industriel et à ses qualités d’usage. Au centre d’une exposition, un rectangle de moquette titré Garde-Titre, Sans Fou, est parcouru par un plan d’expositiondont certaines informations sont absentes, d’autres énigmatiques. Ces signes s’apparentent à un jeu, celui-ci questionne les règles de l’exposition, les variables sontla position des objets, des mots, les déplacements des individus dans l’espace.

Les objets de communication, cartons d’invitation et éditions, participent de son travail, qui se prolonge et opère hors du domaine traditionnellement réservé à l’artiste.En toute logique, Elsa Werth étend sa pratique artistique au commissariat d’exposition : un cycle intitulé Plus Une Pièce | Plus Un Multiple réalisé en collaboration avecMuriel Leray a pris place dans un box de stockage à Paris. Un autre projet, Potentiels évoqués visuels, se déploiera en des occasions et espaces les plus divers : il s’agit d’unrideau imprimé qui sera le lieu de rencontre entre l’ensemble des propositions des artistes.



















































Topologie de la droite réelle, 2014, impression offset sur ruban adhésif, 5 x 660 cm, édition de 35 exemplaires (Topology of the real line, 2014, offset printing on tape,5 x 660 cm, edition of 35 copies). These words are at once the title, the label and the content printed without interruptions on the scotch tape that constitutes the art piece.Topology of the real line, the title inside the title cum label, is, as pointed out by the artist “the name of a mathematical structure that provides, for all real numbers, precise definitionsof the concepts of limit and continuity”.

As it is often the case with Elsa Werth’s work, a self-referential dimension suggests the conventions of art. Here the labelbecomes the content of the piece as well as its title. But at the same time, the tape can be applied to any context where new meanings emerge. The linear dimension that is characteristicof tape, that links or splits space, is the vector that connects the reference systems of art to the specific nature of an environment. Hence the title-role Topologiede la droite reelle, a “precise definition of the concepts of limit and continuity”. In Elsa Werth’s work it is very often everyday objects that produce articulationsbetween the mechanisms proper to art and the diverse determinations that alter their implications. Art questions our relationship to reality. Conversely objects, such as the shift from one field to another, question theautonomy of the mechanisms of art. Elsa’s scope expands from the artwork on display in the gallery to a practice that unfolds in the public space or in other contexts. ElsaWerth’s exhibitions take place across these different spaces, revealing the continuity and discontinuity in their relationship.

Victory Eraser, a set of 10 office cardboardsleeves with different degrees of elasticity, at a first reading appears like an ensemble of colours and compositions; but the object is suggestive of industrial design and itsusage qualities. In the centre of an exhibition, a carpet rectangle entitled Garde-Titre, Sans Fou, displays an exhibition plan where information is sometimes missing, sometimesenigmatic. These signs are like a game that questions the rules of the exhibition, the variables are the arrangement of the objects, of words, and the movement of people aroundthe space.

Communication tools like invitation cards and editions form part of her work, which stretches and operates outside the domain that is traditionally reserved to the artist.Logically, Elsa Werth’s artistic practice includes projects as an exhibition curator: a cycle entitled Plus Une Pièce | Plus Un Multiple realized in collaboration withMuriel Leray took place in a storage box in Paris. Another project, Potentiels évoqués visuels, which will take place in a variety of places and different contexts, consists of aprinted curtain that will provide a space for all of the artists’ proposals to mingle.



















































Lucia Schreyer 'Une règle du jeu', about }------- 20 / 91, at Primo Piano, Paris, september 2014

Déroulement/Interprétation du jeu


Garde-Titre, Sans Fou

Lorsque l’on s’engage dans l’espace d’exposition, on abat les cartes. Un tapis au sol sur lequel sont sérigraphiés chiffres et mots,évoque le dessin d’un plan d’exposition ou d’un plateau de jeu. Le tapis que l’on peut dérouler dans n’importe quel lieu, le transformant ainsien espace d’exposition, fonctionne comme une « boîte en valise » duchampienne transportable.

Le terme de Garde-Fou inscrit sur le tapis constitue un clin d’oeil à la figure du Fou dans le jeu de Tarot, mais fait également référence au gardecorps qui empêche le visiteur de tomber dans levide. L’« encadrement » par le Garde-Fou dans l’espace d’exposition donne à ce non-lieu une présence ainsi qu’une visibilité particulières. Parune simple désignation, cet élément normé est converti en oeuvre.Ce « plan d’exposition » cite des oeuvres ou des éléments architecturaux génériques bien présent dans l’espace, mais il contient égalementla trace d’éléments fictifs qui ne correspondent qu’en partie à la réalité des oeuvres exposées.Transposé dans un autrecontexte, le tapis en tant qu’exposition transportable génère de nouveaux jeux de déplacements et donne corps à des propositions anticipées.On imagine qu’à chacun des emplacements correspondent des oeuvres potentielles. Ces périmètres vides fonctionnent comme des socles, cadres ouréceptacles qui, selon les cas, pourront être investis d’un contenu et venir compléter l’ensemble des travaux présentés ici.

Cette notice sans informations précises et ainsi dépourvue de fonction pratique, devient image et bascule vers une composition abstraite.Le tapis permet cependant d’être piétiné, ce qui désacralise et porte atteinte à son « aura ».

Le spectateur, par ses déplacements, participede l’exposition. Il devient acteur et peut, s’il se positionne à proximité d’un chiffre, devenir son objet.Le tapis fonctionne dès lors comme une sorte de socle, un terrain expérimental sur lequel viendront s’imprimer la trace du passagedes visiteurs. Mais quelle est la place du spectateur au sein du jeu ? Où ces signes nous mènent-ils?
Quel Arcanum (secret) souhaite-on découvrir et quelle carte révélera notre destin? Peut-être la figure du Fou permet-elle derépondre à ces questions et donner une clé de lecture. }------20/91 devient un espace de jeu et de Je.


Sans Titre

Sur une série de cadres bordant des feuilles blanches sont imprimées leurs propres légendes en bas de page. Les « dessins » au mur semblenttous similaires. La disposition des attaches métalliques hors-cadre permet de les différencier les uns des autres et appelle un hors-champ.

Ainsi, l’image continue en dehors de sa limite et sa spécificité s’exprime au-delà de cette norme réglementée. La partie supérieure du papierreste blanche : un espace vide sur lequel le spectateur peut projeter une image mentale. Cette oeuvre décline des variantes de systèmesd’accroches rendant visible ce qui est habituellement soustrait à notre regard. Celui-ci étant déjà tenu à l’écart par l’emplacement de certainscadres accrochés au-dessus de l’espace vide formé par le Garde-Fou et l’escalier. Tautologiques, ces oeuvres ne révèlent riend’autre qu’un contenu qui se substitue à leur matérialité : le cadre, les accroches, la feuille blanche, le titre. L’information porte sur elle-même.

On pourrait s’imaginer cette série comme une variation en croissance à l’infini. Chaque nouvel accrochage génère une extension de la série dont les composants sont interchangeables. Sans Titre fonctionneégalement comme un passepartout qui peut contenir une autre oeuvre au même titre.

La répétition du Sans Titre semble dérisoire tout comme sa récurrence dans le film où une carte au même nom apparaît sans cesse.Ce « joker » cite évidemment le Sans Titre comme lieu commun dans l’art, qui vide l’oeuvre de tout contenu emphatiqueou psychologique à l’instar des « sans nom » dans le Nouveau Roman.

Le verre des cadres dont la fonction est ici de protégerun contenu sans valeur matérielle a une portée « réfléchissante ». C’est comme si l’oeuvre se moquait légèrement de nous, de notre recherchedésespérée de sens. Les accroches avec leurs différences nous laissent tomber dans le piège. Le vide nous happe.


Le Bateleur

Si l’on s’en tient à l’image de la carte à jouer, on pourrait comprendre l’espace du haut comme le recto et celui du bas comme le verso. Il y a toujours,en fonction de la perspective et de notre position dans l’espace, un côté de la carte qui



















































échappe à notre regard.Le caractère réversible de la carte apparaît lorsque, bravant le Garde-Fou, l’on circule d’un espace à l’autre, en prenant l’escalier qui relieces deux espaces. Au sous-sol, un film est projeté dans lequel on voit les mains d’un magicien manipulant descartes dont certains motifs reprennent ceux qui figurent sur le tapis. Le jeu des mains semble se plier à une chorégraphieou un protocole bien précis qui contredit l’aléatoire d’un tirage au hasard. Chaque carte fonctionne comme le fragment d’unplan. Contrairement aux signes fixés sur le tapis, ceux présents sur les cartes sont mis en mouvement à travers leur manipulation.Cela leur donne une vie propre, une portée performative. Une exposition potentielle est en train de se faire et de se défairesous nos yeux. À l’instar du tapis déroulable, on pourrait imaginer fabriquer une exposition à l’aide de cartes en suivant les règlesd’un jeu de hasard ou de stratégie. Les cartes constituent une sorte d’alphabet, elles construisent un langage avec un vocabulaireet une syntaxe autour de l’exposition.

L’apparition répétitive et absurde de la carte Sans Titre fonctionne comme un Leitmotiv qui tourne à vide, qui nous renvoie au piège de chercher un sens au titre, commeci celui-ci pourrait dire plus que l’oeuvre elle-même. Le spectateur tente de suivre les gestes des mains et de découvrir une logique sous-jacente,de déchiffrer le sens de la manoeuvre. On pense aux principes magouilleurs du Bonneteau. Et si ces mains nous trompaient ? S’il s’agissait d’unbluff, d’une bouffonnerie ? Peut-être ces images cherchent-elles à nous hypnotiser afin de nous faire à nouveau tomber dans le piège de l’illusion?
Le décalage de sens entre la voix et les images, les faux raccords, les jeux de montage qui truquent la réalité et parasitent la lecture, révèlentla technique de la dissimulation dans le film. Le principe même du montage, rendu ostensiblement apparent dans cette vidéo, faitéchos aux tours de passe-passe du magicien. Le motif de la grille en arrière plan, composé de lignes et de chiffres, se confond par moment avec les signes figurant sur les cartes.Les jeux entre les différentes échelles de plans, tout comme la séquence dans laquelle la caméra recule laissant apparaître l’envers du décors(on surprend le magicien en train de préparer une astuce), perturbe la lecture et nous rappelle notre condition de spectateur pris au piège parle caractère « illusionniste » des images, en nous révélant leur mascarade, leur caractère artificiel.

Hors-jeux/-lieux

À l’Affiche

Dans la rue de Primo Piano et aux alentours, des affiches reprenant certains motifs des cartes, renvoient à l’exposition sans pour autant donnerdes détails concrets. Allusives, elles annoncent l’évènement sans le dire. Elles fonctionnent comme une extension de l’expositionqui se sert de la rue comme un support supplémentaire et interpellent un autre public. Hors du white cube, les oeuvres se livrent volontairementaux risques des dommages géologiques ou aux interventions des passants. La réversibilité des cartes se retrouve dans cejeu d’allers-retours des oeuvres et des espaces. Le « sens » des données visuelles existe à plusieurs niveaux. Il se révèle dans le cadre d’un« déjà-vu » par rapport à l’expérience de chacun. En fonction de notre mémoire ou savoir, une « carte » ou une oeuvre peut s’expliquer, s’ouvrir, montrer son « recto » ou au contraire sefermer, nous présenter son « verso ». Quel est le « sens » de ces affiches, si ce n’est une dissimulation, une référence à autre chose ?Soit les signes font écho à un ailleurs soit les oeuvres constituent une mise en abîme vertigineuse. Un jeu d’intertextualité et d’intermédialités’établit, l’information s’éparpille. Comme dans un jeu de piste, nous suivons les indices qui ne mènent nulle part. Nous nous fatiguons à faire des va-et-vient sans but.Jusqu’à devenir Fou.

Annonces

À l’instar des affiches qui investissent un autre lieu que celui de la galerie et s’adressent à un public élargi, Elsa Werth publiera des informationssur l’exposition dans le journal Collectionneur & Chineur, dédié à des annonces de toute sorte : on y trouve notamment des catégoriestelles que : « Bijoux », « Jouets », « Mobilier » ou plus spécifiquement « Minéralogie, Archéologie», etc.

Dans le prolongement des affiches, le message ne sera pas transmis via des images, mais par le biais de données techniques (titre, lieu, durée,etc).

Le geste d’Elsa Werth annonce également un autre projet en cours : l’artiste travaille en parallèle sur des petites annonces présentant chaquemois une nouvelle oeuvre dans ce même journal. Celles-ci semblent déplacées et inattendues dans ce contexte. Elles se retrouveront côte àcôte dans la rubrique des « Expositions », avec un « Parcours en bus ancien » à Chelles, des « Outils d’antan et cartes postales » à Lizy-sur-



















































Ourcq, un « Dépôt des locomotives. Journées Vapeur 2012 » à Longueville ou un « Musée du Sucre d’orge » à Moret-sur-Loing. Il est peuprobable qu’un public d’art contemporain ait le réflexe de feuilleter ce journal ou inversement que des lecteurs habituels de celui-ci soient sensiblesaux actualités de l’artiste. Cependant, on peut établir un parallèle entre la réaction que produira ce geste sur les lecteurs du Collectionneur Chineur avec celle produite par l’exposition}-------20/91 sur les visiteurs. Cet ensemble d’actes « hors-jeux/-lieux » prolonge la question du support (d’information, de la communicationet de l’oeuvre d’art) et de la signification de(s) l’espace(s) d’exposition au sens large.


Figure du Fou/Fin de partie

Le « Mat » ou le « Fou » (dans le Tarot populaire : l’Excuse) est la seule carte sans numéro. Elle présente un homme tenant un bâton et unbaluchon sur l’épaule symbolisant la profusion des possibilités. Un chien derrière le Fou semble vouloir avertir son compagnon, car il se dirigevers un précipice. Insouciant comme Jean Tête-en-l’air, il avance vers l’inconnu, son regard est dirigé vers le ciel.Le Fou et les caractéristiques de cette figure complexe en tant que métaphore du spectateur/artiste peuvent nous aider à trouver une place ausein de l’exposition.

Le Fou est une figure libre et autonome, synonyme de déplacements, d’imprévus mais également d’irrationalité et d’instabilité.La carte peut avoir une influence déterminante sur une partie et peut faire prendre au jeu une tournure inattendue et chanceuse. Ayant la possibilitéd’être placé n’importe où (tout comme le tapis dans l’exposition), au début, au milieu ou à la fin, le Fou est à la fois partout et nulle part,neutre et puissant.

Sans nombre, le Fou est exclu de l’ordre et de la hiérarchie, évoluant à l’écart, c’est une figure àla marge, un errant, un hors-jeu. L’exposition semble vouloir l’inclure (le spectateur en tant que fou), le faire participer à «l’enquête », mais en même temps, il est sans cesse renvoyé à lui-même par le caractère tautologique de certaines pièces. Il y a donc cedouble Jeu /Je.

Tout au long de la partie, nous essayons de déchiffrer les procédés de fabrication du sens qui se développent sur différents supports. Lemaître du jeu est parti sans nous délivrer de clé de lecture. À nous de décrypter les « cartes », leurs « règles » est entre nos mains.Que peut-on lire sur les « cartes » dans l’exposition? L’in-formation des oeuvres et leur refus de se dévoiler nous renvoient constamment ànous-mêmes.

L’austérité de la proposition ainsi que sa radicalité formelle peuvent être lues comme une prise de distance avec les usages de l’exposition.Son opacité. Son auto-référentialité. Sa tautologie. Sa fermeture. Son autosuffisance. Son inaccessibilité. Ce message « mordant » (l’artisteprend-il ici le rôle du chien qui alerte le Fou ?) et second degré, est enveloppé d’un humour « pince-sans-rire », d’une « robe » formelle sérieuse.

Le Fou est une carte ambigüe manifestant une inquiétude de la norme face à l’existence d’un ailleurs. Le système ne pouvait être complet s’iln’inventait une place nulle, incompréhensible et folle, un espace libre. Que les oeuvres dans l’exposition nous guident justement nulle-part, à unailleurs ou vers nous-mêmes, est un signe ostensible qui nous mène à cette figure. Non seulement le spectateur mais également l’artiste peutincarner le personnage du Fou. Dans les interprétations classiques du Tarot, celui-ci est souvent comparé à la figure du créateur, ne serait-cequ’en raison de son apparence et probablement de son statut marginal. Ici, le caractère mobile du tapis permet à l’artiste de le mettre sur sonépaule (comme un baluchon), de voyager dans d’autres espaces d’expositions et de déployer ainsi à chaque fois un innombrable champ depossibilités.

Le Fou a donné naissance au joker, celui qu’on active lorsque la situation est difficile. N’hésitez pas de le faire jouer dans des moments désespérésface à des oeuvres hermétiques. La carte nous donne le conseil de quitter notre routine, nos préjugés et de nous ouvrir à d’autres horizons.Elle nous invite à un voyage introspectif. Peut-être que les travaux auto-référentiels donnent-ils l’impulsion à entreprendre cetteroute. Ainsi au lieu d’interpréter la figure du Mat comme l’« échec » du spectateur face au caractère impénétrable des oeuvres, sa « chute »peut au contraire lui servir de piste. Il faudrait peut-être se jeter alors dans cet abîme encadré par le Garde-Fou, oser se confronter à ce videinépuisable et accepter – comme la carte du Fou le suggère – le chaos en tant que source créative et novatrice. Pendant ce voyage tenons-nous au bâton quinous relie à la terre, déployons le potentiel dans le baluchon et prenons en compte le message de l’Arcane : faisons le point sur nous-mêmes.Suivons notre intuition, elle nous montrera le bon chemin.



















































Claude Closky, about Temporary Perspectives at Martine Aboucaya Gallery, Paris, march 2017

Plusieurs éléments de réponse se trouvent dans ces documents et doivent être remis enperspective.

Dans la perspective de l’égalité et des droits de l’homme, il existe aussi des problèmes pourcertaines personnes qui tentent d’accéder aux services de santé et aux services sociaux.

Nous avons examiné la question dans cette perspective globale.

Le débat qui s’est alors engagé en Europe à propos du vieillissement démographique a enrichicette perspective.

Chacun d’entre nous est revenu avec une nouvelle perspective plus équilibrée de ce qui estimportant.

Le plan perspectif intérimaire pour le secteur de la population vise à ramener le taux de féconditéà 4,3 d’ici 2020.

La crise doit aussi être vue dans une perspective de temps.

Ces réveille-matin sont représentés en perspective, sur une surface plane, l’un faisant face à l’autre.

Le neuvième plan prévoyait un plan perspectif de 20 ans pour l’agriculture afin de faire diminuerle taux de pauvreté absolue à 10 %.

L’exploration de l’infiniment petit ouvre en effet des perspectives particulièrement favorablesà l’homéopathie.

Sa participation contribue aux délibérations de ce comité en y apportant les points de vue et lesperspectives de l’actionnaire dominant.

Des actions spécifiques : supprimer les obstacles à la mobilité et améliorer les perspectivesde carrière des chercheurs en Europe.

En troisième lieu, les autorités proposent de mettre en perspective l’évolution de l’activité logistique.

Afin de mettre ces objectifs économiques en perspective, l’on trouvera ci-après quelques donnéescomparatives UE/États-Unis.

Je pense que cela nous aide à mettre les choses en perspective, même si c’est difficile.

L’obligation d’exécution au mieux est également importante dans la perspective, plus large,de l’efficacité du marché.

Il doit également être en mesure de mettre les choses en perspective et demeurer le plus objectifpossible, et ce, pour le bien de son client.

Le projet de loi vise précisément à rendre plus équitable le système de justice militaire, tant dansla perspective de l’accusé que dans celle de la population.

Nous peuvons participer à l’élaboration de stratégies et de plans d’action destinés à répondre auxproblèmes concrets dans la perspective des droits de l’homme.

Il importe donc de mettre les choses en perspective et de ne pas perdre de vue le long terme.

Vous pouvez alors proposer votre perspective sur ce thème pour initier le dialogue.



















































Many elements of the response are to be found in those documents, and must be put into perspective.

From an equality and human rights perspective, there are also problems for somepeople trying to access health and social services.

We have approached the issue from that broad perspective.

The debate which then started in Europe on the subject of demographic ageing has added to this perspective.

Each one of us came home with new and balanced perspectives on what is important.

The interim population sector perspective plan seeks to reduce the current total fertility rate of 4.3 to replacement level by 2020.

The crisis should also be viewed in perspective.

These clocks are shown in perspective, on a flat surface, one opposite the other.

The Ninth Plan pronounced a 20-year agriculture perspective Plan (APP) to reduce the absolute poverty to 10 %.

Exploration of infinitely small structures opens up particularly attractive perspectives for homeopathic medicine.

His participation assists the deliberations of this committee by bringing the views and perspectives of the controlling shareholder.

Specific actions: support removing obstacles to mobility and enhancing the career perspectives of researchers in Europe.

Third, the authorities propose to put into perspective the development of logistics activity.

To put these economic goals into perspective, here are some EU:US comparative data.

I think it helps put this whole issue into perspective, as difficult as it is.

Best execution rules are also important from a broader market efficiency perspective.

She must also be able to put things into perspective and stay as objective as possible for the good of her client.

The bill is aimed specifically at enhancing fairness in the military justice system, both from the perspective of the accused person and the public.

Along with other relevant actors, we can participate in designing general strategies and plans of action to respond to concrete issues from a human rights perspective.

It is important, therefore, to put things in perspective and to keep the long view in mind. You can then offer your perspective on the topic to initiate the dialogue.






































Benoît Blanchard, exhibition review, about Title One for Multiple Use at Martine Aboucaya Gallery, Paris, march 2016
this text is part the project Oeuvres initiated by an artist, Benoît Blanchard, about others's artworks.

Sur chacun des murs ont été suspendues de grandes toiles de coton noir. Des toiles épaisses faites pour résister à l'usage et la manipulation.D'un peu partout en dépassent des sangles s'apparentant à des poignées de transport.Elles aussi pendent, suspendues comme si elles avaient été mises à sécher dans un hangar pour ne pas brûler au soleil et conserver la souplesse du noir très uniforme qui les caractérisent.

Á présent, elles sont parfaitement sèches et lisses. Aucun pli ne vient en marquer la surface. Reste l'odeur du sel rôde, qui enlace et dépasse les fibres. On les devine lourdes, pesantes, probablement doublées.

Il semble bien que ces pièces de tissus soient constituées de deux morceaux identiques cousus ensemble de manière à former une housse. La housse d'une voile; voiles quadrangulaires pour des gréements au tiers, à corne ou à livarde.Étrangement tout indique que ces housses soient faites pour être déplacées à plat et non roulées ou pliées. Leur transport implique ainsi un cérémoniel pour lequel la participation de cinq, voire six personnes est requise.On devine à l'envergure du convoi la nécessité d'une coordination très précise entre les porteurs rendant chacun des mouvements particulièrement délicats.Á ces mouvements correspondent, peut-être, les marquages à la craie dont le sol de la galerie est ponctuellement recouvert.Ces derniers sont constitués de formes rectangulaires rayées, superposées selon un angle différent à chaque fois.Elles indiquent le modèle de translation à suivre pour chaque voile. il suffit de le répéter et de le combiner pour organiser le comportement des porteurs.Tout est idéalement préparé. Pourtant, l'immobilité des tissus, leur lourde présence où se perd la lumière de la pièce impose le renoncement.La mer est si loin.






































Ingrid Luquet-Gad, exhibition review, about 60th Salon de Montrouge, in Les Inrocks.com, 2015

Née en 1985, Elsa Werth détourne des objets du quotidien qu'elle rend inutilisables et un peu absurdes.Entre tuning et art minimal, design et surréalisme, ses installations sont les totems de notre modernité encombrée.

Des modifications apportées en vue d'améliorer les performances et le style d'un objet. Des interventions visant à le rendre unique et moins immédiatement identifiable.De quoi parle-t-on ? Deux possibilités. Soit de tuning. Ou bien d'art.Dans le cas de la seconde éventualité, on aurait alors affaire à une pratique artistique qui opère à partir d'objets de la vie quotidienne et, au moyen d'une opération minime, vient modifier leur sens de lecture.

Techno-futurisme minimal

L'art du détournement, voilà la démarche dans laquelle s'inscrit le travail d'Elsa Werth, diplômée des Beaux-Arts de Paris en 2013.Qu'elle relie une pile de chaises au mur au moyen d'une “banane” – dite ceinture abdominale par les catalogues de vente – ou qu'elle fasse d'une pochette kraft une composition (post-)moderniste, Elsa Werth rend les objets du quotidien ambigus.Devenus inutilisables et un peu absurdes, ils se prêtent tout entiers à leur nouvelle fonction : celle d'être les totems furtifs de notre modernité encombrée.

A Montrouge, l'installation que présente l'artiste prend la forme de sangles tendant au mur un tissu en coton noir.Il faut suivre jusqu'au bout les développements tentaculaires de la pièce pour arriver jusqu'à sa clé de voûte : une basket clignotante repliée sur elle-même comme une coquille, qui confère à l'ensemble une grâce techno-futuriste glaciale et minimale.






































Ingrid Luquet-Gad, in Editions Ensba Paris, 2014

Lorsqu'un avion est caractérisé de «furtif», l'accent est mis sur l'ensemble des procédés engagés afin de le rendre moins détectable, classifiable ou identifiable.Par un raccourci aussi précipité qu'arbitraire, on pourrait être tenté de rapprocher les oeuvres d'Elsa Werth du sport, du combat, ou encore de voir se profiler une réflexion sur la violence.Or c'est bien plutôt à ce qualificatif de furtivité qu'il faudrait, plus fondamentalement, revenir.

Présentant pour son diplôme aussi bien des vidéos que des installations, sa pratique s'élabore autour de la question du détournement : par une infime intervention de l'ordre du presque-rien, le sens initial est dévié-et laissé en suspens, figé dans sa déviation même.Ainsi, dans Les Compétences à charge, la juxtaposition d'un arc bordé de texture imitation marbre et d'un rocher, dans lequel sont incrustées deux cacahuètes, constitue les prémisses incongrues de possible récits.

Ce rapport quasi-surréaliste à l'objet, traité dans une esthétique où la fonctionnalité perturbée subsiste néanmoins en tant qu'épure, se retrouve avec Tuning Offence ou encore Potentiellement hors d'atteinte, un tapis de sol à géométrie variable qui flirte avec le Shaped canvas.Deux assemblages qui entretiennent une intertextualité discrète avec les oeuvres vidéo qu'elle présente simultanément pour son diplôme (Un triangle dangereux, --/--/-----), où se met en place une subtile exploration des marges et de l'attente, des temps hors-tournages et des non-dits.L'objet courant ou la situation ordinaire qui sont pris pour point de départ, s'ils restent reconnaissables, sont rendus moins détectables : le sens nous échappe, car démultiplié.Et par la brèche ainsi entre-ouverte, la fiction fait retour.






































Lucia Schreyer, in Code Magazine 2.0, 2013

Un télescopage de données. Un contexte précis pour asseoir une fiction. Des protagonistes davantage spectateurs qu’acteurs de leur environnement.Une volonté de générer une friction suspendue entre les figures et le décor. Une lecture et une conquête de l’espace à travers la mise en perspectived’un tiers et la place importante accordée au hors-champ. Autant de caractéristiques qui permettent de définir l’univers d’Elsa Werth et les protocoles qui le composent.

Dans la vidéo Un triangle dangereux, l’attention se porte sur l’image que donnent d’eux-mêmes des amateurs de combat libre, imprégnés de la culture des jeux vidéo et desfilms d’action. Ils posent, s’observent, se photographient, se filment. Ces images en mouvement sont rythmées par des plans fixes qui leur confèrent un caractère pictural. Les personnagessont piégés dans un récit qui ne démarrera pas, qui les restreint à faire de la figuration.

Les vidéos d'Elsa Werth sont accompagnées de sculptures et d’installationsin situ qui prolongent sa réflexion sur la perception et la représentation. Les oeuvres en volume, parfois réalisées parallèlement à la postproduction vidéo, sontconçues à partir d’objets réels renégociant dans l’espace le sens des images planes des films. Avec une grande économie de moyen, la fonction d’usage initialementassociée aux matériaux utilisés est déviée pour être mieux révélée, à la manière dont certains réflexes de lecture d’images sont perturbés par la vidéo. Les objetsrenvoient aussi, sous forme de clin d’oeil, à d’autres oeuvres de l’artiste par des procédés intertextuels qui lui permettent de conjuguer des travaux absents avec ceux présents.






































Sarah Kristin Happersberger, in Marler Medienkunst Preise 2013 | 2014, Wienand Editions

The title of Elsa Werth's video, Un triangle dangereux, promises thrills.

As in an action movie, expectations of an exciting event are fuelled here, expectations that the viewer will be wrenched from everyday life.The first shot depicts adults and children in a gym, their eyes fixed on a muscular man in front of a mat.The boxing ring in the background and the projection on the wall suggest that preparations for a fight will take place here, a fight based on a media model.A cut leads to the scene of the action, a former factory building in a French city.Pictures of men waiting, busy with their cell phones, heighten the suspense before the fight, the danger of which is announced by a poster with the movie title and metal chains hanging from the ceiling.Breaking with all the spatial, physical and scenic signs, however, the film stops at the meeting of the combatants.The viewer him- or herself is left to imagine what transpires between the two men - quite in keeping with the popular-culture templates shown.



Galerie Martine Aboucaya
5, Rue Sainte-Anastase
F-75003 Paris, France
+33 (0)1 42 76 92 75
www.martineaboucaya.com

We do not work alone
www.wedonotworkalone.fr


© photo credit
Romain Darnaud, Eleonora Moiraghi, Aurélien Molle